actu-transport-logistique.fr

La tendance haussière des prix du transport enregistrée au deuxième trimestre 2018 s’est poursuivie au troisième trimestre, sauf pour le transport aérien. C’est en deux mots ce qu’il faut retenir du dernier rapport du service de la donnée et des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique et solidaire. Les hausses les plus importantes concernent le transport ferroviaire et fluvial.

Bonnes performances du ferroviaire et du routier

Dans la continuité de l’an passé, les prix du transport ferroviaire ont pris 3,2 % au troisième trimestre 2018, après + 0,6 % au second trimestre. Au cours des trois mois concernés, cette augmentation s’est principalement appuyée sur les prix du transport national (+ 7,3 %) tandis que ceux du transport international, qui étaient quasi stables au deuxième trimestre (+ 0,1 %), ont diminué de 0,3 %.

Moins marqués que précédemment, les prix du transport routier sont passés de + 1,1 % au deuxième trimestre à + 0,4 % au troisième trimestre. Sur ce marché, les évolutions sont, comme toujours, assez contrastées, avec des prix du transport de proximité stables (0 %), des prix du transport interurbain en légère hausse (+ 0,5 %) et des prix du transport international en recul de 0,1 %.

Le fluvial au plus haut

Relativement stables au deuxième trimestre (+ 0,1 %), les prix du transport maritime ont grimpé de 1,8 % sur la période observée. Une augmentation qui pousse l’indice des prix à son plus haut niveau depuis 2015. Figurant parmi les progressions les plus importantes du troisième trimestre, les prix du transport fluvial ont augmenté, comme au deuxième trimestre, de 3,4 %. Cette évolution « est portée par les prix du transport international (+ 6,2 %), qui évoluent davantage que ceux transport national (+ 2,4 %) », résume l’étude.

Après un premier trimestre en chute, les prix du transport aérien s’étaient montrés particulièrement dynamiques au second trimestre avec + 2 %. Une remontée de courte durée puisqu’ils ont replongé de 3,1 % au troisième trimestre.

Stabilité du fret express

Comme au second trimestre, l’évolution des prix de l’entreposage s’est montrée linéaire, passant de 0 % à 0,1 %. « Les prix de l’entreposage frigorifique sont en faible repli (- 0,1 %) tandis que l’entreposage non frigorifique progresse légèrement (+ 0,1 %) », distingue l’étude.

Enfin, après une faible diminution (0,4 %) au second trimestre, les prix des autres services de poste et de courrier n’ont pas bougé (0 %), malgré une baisse de l’international (- 1,3 %) compensée par une hausse du national (+ 0,3 %). Même tendance sur le segment de la messagerie-fret express : les prix sont quasi stables,  passés de 0,7 % au second trimestre à 0,1 % au troisième trimestre.